Biographie

Pierre De Wachter est né à Arlon, dans le sud de la Belgique, en 1983.
Il commençait déjà à s’émerveiller des couleurs et des lumières dès lors qu’il a ouvert les yeux, peu après sa naissance,
mais il aura fallu attendre qu’il puisse tenir un crayon en main pour qu’il se mette à griffonner sans relâche.

Faisant preuve d’un petit talent déjà présent dès l’école maternelle, il découvre ses premières sources d’inspiration
à travers les livres pour enfant avec une attention plus particulière pour Maurice Sendak (« Max et les Maximonstres »),
et ensuite pour Martin Handford (« Où est Charlie? »).
D’ailleurs, dès l’âge de huit ans, il commence à créer une petite série de livres sur le même thème, où il fera chercher
à ses camarades de classe des personnages cachés parmi ses dessins pleins de détails grotesques et amusants.

Au tout début de l’adolescence, ses sources d’intérêt artistique se multiplient. Il découvre le manga ainsi que
l’illustration américaine. Il y admire des talents d’une part tels que Akira Toriyama (« Dragon Ball »)
ou Katsuhiro Otomo (« Akira »), et d’autre part les illustrateurs Frank Frazetta et Simon Bisley qui resteront pour lui
les plus grands génies du monde de l’illustration.
Il copiera nombre de leur travaux afin d’analyser leur techniques et développer ses compétence du dessin et de la peinture.
Pierre De Wachter dévore aussi toutes les images qui peuvent satisfaire ses yeux grâce au cinéma, la télévision ou les jeux vidéo.
Il sera particulièrement amateur de la science-fiction et du fantastique.

Cependant, malgré sa passion pour l’art, il n’envisage d’abord pas d’en faire son métier et démarre des études en vue d’une
carrière scientifique.
Ce n’est qu’à l’âge de seize ans qu’il change d’orientation, convaincu que son véritable destin se trouvait dans les images
qui le fascinaient depuis toujours.
Pierre commence alors à s’intéresser aux peintres de la renaissance italienne, notamment Léonard de Vinci et Michel-Ange,
ainsi qu’aux peintres primitifs flamands et hollandais tels que Rembrandt van Rijn, Vermeer ou Jérôme Bosch.
Il restera pour toujours admiratif devant la subtilité de leur teintes terreuses et leur jeu d’ombres et lumières,
jusqu’à les adopter. On retrouve encore actuellement cette gamme de couleur dans chacune des oeuvres de Pierre De Wachter.

Aux alentours de ses vingt ans, lorsqu’il termine ses études secondaires artistiques et met sur pied sa première exposition,
il découvre avec intérêt des peintres modernes et contemporains. Parmi ceux-ci, nous pouvons citer Egon Schiele, Gustave Klimt,
Otto Dix ou Francis Bacon.
Si ces premiers l’ont fasciné simplement pour la qualité, la force et la maîtrise exceptionnelle de leur trait,
Francis Bacon l’a plutôt intrigué pour sa capacité à pousser le psychisme jusqu’au paroxysme de son expression.
Cet artiste, considéré comme un des premiers, outre Jérôme Bosch, de ce que l’on appelle les « peintres de l’agonie »,
amènera Pierre De Wachter à faire partie de ce mouvement durant plusieurs années durant lesquelles il jouera des émotions
en tentant de mettre en image l’horreur et la souffrance.

Pierre démarre ensuite une formation à l’illustration. Quittant alors le mouvement de la peinture contemporaine pour revenir vers
la pure figuration, il s’intéresse à nouveau pour ses premières sources d’inspiration, à savoir Frank Frazetta et Simon Bisley.
Il analysera également les oeuvres et techniques de grands illustrateurs comme John Howe, Bobby Chiu, Feng zhu, Brian Froud
ou Paul Bonner, mais également le peintre Jef Bertels.

Aujourd’hui, Pierre De Wachter est illustrateur. Il a travaillé dans le cinéma d’animation, notamment pour « Titeuf, le film 3D »,
mais aussi dans la création d’affiches et de cartes postales. Il parcourt aussi régulièrement les galeries et festivals de BD
où l’on peut découvrir ses récents travaux.